10 façons de minimiser les obligations en matière de droits de succession

L’impôt sur les successions est un obstacle malvenu et une dépense supplémentaire encourue à un moment particulièrement difficile de la vie. À l’heure actuelle, le seuil actuel des droits de succession en Angleterre et au Pays de Galles est de 325 000 £.

impôt de successionSi la valeur totale de la succession tombe en dessous de ce seuil, aucun droit de succession n’est dû. Tout héritage supérieur à 325 000 £ est soumis à une imposition au taux de 40 %.

Il n’est pas toujours possible d’éviter complètement les droits de succession, mais il existe diverses options à explorer qui peuvent aider à minimiser les obligations en matière de droits de succession pour le destinataire de votre propriété. Les exemples les plus efficaces sont les suivants :

1. Laisser un testament définitif

Tout d’abord, il est important de vous assurer que vous remplissez un testament formel. Il existe plusieurs dispositions sur la manière de structurer et de formaliser un testament définitif, ce qui peut être utile pour minimiser les obligations en matière de droits de succession. En cas de doute, demandez une représentation professionnelle pour vous assurer que votre testament définitif et votre testament sont en règle.

2. Utilisez vos allocations-cadeaux

Maintenir la valeur totale de votre propriété dans le seuil de 325 000 £ est le seul moyen de retirer les droits de succession de l’équation. Un moyen efficace d’y parvenir est d’utiliser stratégiquement vos bonus-cadeaux. La législation autorise les dons d’une valeur totale de 3 000 £ par an maximum à être exemptés d’impôt. Toutefois, les dons distribués au cours des sept années précédant le décès s’ajoutent à la valeur de votre fortune finale.

3. Investissez stratégiquement

Certains investissements peuvent fournir un montant spécifique d’allégement des droits de succession. Tout en générant des rendements potentiellement sains en prime. Si vous êtes intéressé par des opportunités d’investissement stratégiques, demandez des conseils financiers indépendants à un spécialiste expérimenté.

4. Rédigez des polices d’assurance-vie en toute confidentialité

Cela signifie essentiellement s’assurer que les polices d’assurance-vie paient aux fiduciaires nommés sans impôt sur les successions avant que l’héritage ne soit accordé. La rédaction confidentielle de polices d’assurance-vie peut accroître la flexibilité et réduire les obligations fiscales – demandez conseil à un professionnel pour vous assurer que cette option vous convient.

5. Allégements fiscaux pour les agriculteurs et les entrepreneurs

Si vous êtes un agriculteur ou un propriétaire d’entreprise, certaines mesures peuvent être prises pour réduire les droits de succession afin de permettre à votre entreprise de continuer après votre décès. Il existe des formes spécifiques d’allégements fiscaux disponibles exclusivement pour les agriculteurs et les entrepreneurs, qui devraient être explorées sous la supervision d’un conseiller expert.

6. Donnez votre revenu excédentaire

Il existe une façon intéressante, bien que souvent négligée, de contourner la règle des dons de sept ans, qui consiste à prouver que les dons ont été faits en utilisant votre revenu excédentaire. Vous aurez besoin de documents financiers détaillés et précis pour bénéficier de cette forme d’allégement fiscal, ce qui pourrait vous aider à vous rapprocher du seuil d’imposition minimum.

7. Utilisez des fiducies

Le dépôt dans une fiducie peut être un excellent moyen de transférer une plus grande propriété à un bénéficiaire plus jeune ou de donner des actifs tout en gardant le contrôle. Les donations versées en fidéicommis sont exonérées de droits de succession au bout de sept ans, ce qui permet au particulier de garder le contrôle de son patrimoine et de déterminer les bénéficiaires visés.

8. Laissez des dons de bienfaisance

Tout ce que vous léguez à une association caritative est automatiquement exonéré de droits de succession. Si un minimum de 10 % de la valeur totale de votre propriété est légué à une organisation caritative, le taux d’imposition standard de 40 % sur les successions est réduit à 36 %. Selon la valeur de votre propriété, cela pourrait réduire considérablement l’impôt sur les successions à payer pour le ou les destinataires prévus. Il existe des règles complexes régissant l’éligibilité à l’allégement fiscal par le biais de contributions caritatives, il est donc essentiel de rechercher un soutien professionnel.

9. Vos options de retraite

Certains régimes de retraite offrent une variété d’avantages exonérés de droits de succession. Une bonne raison d’examiner attentivement le plus d’options de retraite possible avec l’aide d’un courtier spécialisé. Stratégiquement structurée, votre retraite (ou vos retraites) pourrait avoir un impact significatif sur les droits de succession dus à vos ayants droit.

10. Commencez à planifier dès que possible

Enfin et surtout, laisser les choses jusqu’au dernier moment possible pourrait avoir des conséquences importantes et coûteuses. Plus tôt vous commencerez à planifier votre avenir financier – et celui de vos bénéficiaires – mieux ce sera. Encore une fois, l’importance de demander des conseils financiers indépendants ne peut être surestimée. Plus vous envisagez d’options en cours de route, plus vous avez de chances d’accéder à autant d’allégements fiscaux que possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.