Comment obtenir justice face à la hausse des propositions de frais juridiques

Avec la révélation qu’un tiers des entreprises britanniques ayant des cas potentiellement valides n’ont pas agi en raison du coût financier, Annecto Legal Michael Lent, examine comment les PME peuvent accéder à la justice, face à l’augmentation des frais de justice qui sera bientôt introduite.

Avocat_237201985Les plans controversés du gouvernement visant à augmenter les frais de justice seront bientôt mis en œuvre. Avec ce nouveau système, toute personne ayant une plainte importante peut devoir payer des frais initiaux de 10 000 £ juste pour que son cas soit entendu – cela pourrait être plus de 600% de plus que ce qu’elle aurait payé auparavant. Lord Thomas, Lord Chief Justice d’Angleterre et du Pays de Galles, a exprimé sa « profonde inquiétude » face à cette « augmentation spectaculaire » et craint que les taxes n’aient un « impact négatif disproportionné sur les petites et moyennes entreprises ».

Ces nouvelles commissions s’ajoutent à une attitude croissante et dangereuse chez les justiciables potentiels des PME, qui n’ont pas d’autre choix lorsqu’il s’agit de porter leur journée devant les tribunaux. Des recherches menées l’année dernière ont révélé qu’un tiers des entreprises britanniques ayant des cas potentiellement valables n’ont pas agi en raison du coût financier, de la durée du processus et de la nécessité de naviguer dans notre système juridique compliqué. Comme le constatent de nombreuses entreprises, chercher à se venger ne vaut pas la peine, et ces augmentations de commissions ne font qu’empirer les choses.

C’est une idée fausse dangereuse. La vérité est que, même après cette évolution décevante, il existe encore des options pour les PME hésitantes. Le problème est qu’ils ne savent souvent pas ce qu’ils sont ni comment ils peuvent en tirer profit.

Financement traditionnel

Les options de financement typiques telles que le paiement à l’heure (PPH) et No Win, No Fee (NWNF) ne sont pas populaires pour plusieurs raisons.

Le principal problème de l’approche PPH est son imprévisibilité. Les cas peuvent prendre des mois, voire des années, à être résolus, et avec le système britannique du « perdant paie », tomber dans ce terrier de lapin particulier peut être très risqué. Sans garantie de victoire, un entrepreneur peut trouver plus facile de renoncer à sa réclamation que de laisser les heures facturables s’accumuler jusqu’à ce qu’il soit confronté à la ruine financière.

NWNF est l’option la plus attrayante en surface – comme son nom l’indique, vous n’aurez pas à payer vos frais juridiques à moins que vous ne gagniez à la fin. Mais les frais d’avocat ne sont pas les seuls coûts que vous accumulerez au cours d’une affaire – l’approvisionnement en témoignages d’experts, par exemple, peut être une grave perte de ressources et une guerre d’usure entre une petite entreprise et une plus grande et plus riche. … les chances pèsent toujours lourdement en faveur de ce dernier.

Une meilleure approche

Heureusement, PPH et NWNF ne sont pas les seules options disponibles pour les petites entreprises. Même en tenant compte de l’augmentation des frais manifestement injuste, le financement alternatif habilite les demandeurs potentiels et atténue une grande partie des problèmes liés à la poursuite des litiges.

Au lieu d’augmenter les coûts horaires, la partie lésée peut financer son dossier avec l’aide d’un tiers prestataire de financement des litiges, en échange de 30% à 40% de la prime finale. Cela a tous les avantages de NWNF, et parce que votre prêteur prendra en charge toutes les dépenses engagées au cours du processus, la plupart des inconvénients manquent.

Le financement par des tiers, qui devrait inclure une assurance « après l’événement », élimine également certains des autres sous-produits malheureux de notre système juridique. Avec les divers coûts sortants impliqués, même si quelqu’un parvient à recevoir une indemnisation, il peut constater que le faire passer par les canaux habituels se traduit par un budget désordonné, laid et discutable. Étant donné qu’un fournisseur tiers assume généralement la responsabilité des dépenses, l’attribution finale apparaît comme un « actif éventuel » dans le grand livre de l’entreprise. Une assurance ATE supplémentaire protège contre les coûts d’une faillite en gardant les coûts de litige négatifs potentiels hors du bilan, en gardant les comptables et les banquiers de la PME heureux et en rendant l’entreprise plus attrayante pour les investisseurs potentiels.

Cela dit, l’avantage le plus puissant fourni par le financement par des tiers est peut-être la légitimité. Les avocats ne sont pas des organismes de bienfaisance et ne consacreront pas de temps et d’argent à une affaire qu’ils considèrent comme un perdant. Avec le soutien fourni par un financement tiers, votre adversaire s’installe souvent au lieu de prendre un coup à sa réputation devant les tribunaux.

Les banques et les grandes entreprises ont l’habitude de se frayer un chemin devant les tribunaux; épuisant les justiciables jusqu’à ce qu’ils reculent ou soient à court d’argent. Comme tout tyran, ils n’aiment pas combattre un ennemi qui pourrait leur faire saigner le nez en retour. Les gens aiment utiliser l’analogie « David contre Goliath » lorsqu’ils parlent de PME confrontées à leurs plus grands adversaires, mais ce qu’ils ne réalisent pas, c’est la fréquence à laquelle David gagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.