COVID-19 démontre qu’il ne faut jamais sous-estimer l’adaptabilité du secteur du commerce de détail

Avant que le COVID-19 ne frappe, le secteur de la vente au détail montrait des signes positifs. Les salaires avaient augmenté et les consommateurs dépensaient de plus en plus. 2019 a été une année record et 2020 s’annonçait encore meilleure.

Avec l’arrivée de la pandémie, cependant, les choses sont soudainement passées du rose au désastre. Soudain, les gouvernements du monde entier ont forcé les magasins à fermer et les détaillants à déplacer toutes leurs opérations en ligne. C’est le plus grand choc que l’industrie du commerce de détail ait jamais connu – ou rencontrera probablement jamais. C’est plus important que la crise financière de 2008 et plus immédiat que le passage aux achats sur Internet. C’est énorme.

Le secteur du commerce de détail n’est cependant pas inerte. Dès que les cadres ont vu l’écriture sur le mur, ils ont changé de cap. Coronavirus cela mettrait leurs activités de vente au détail hors service, mais cela ne signifiait pas que leurs entreprises allaient mourir. Au lieu de cela, ils y ont vu une nouvelle opportunité de changer fondamentalement leur façon de fonctionner.

Le COVID-19 démontre donc à quel point le secteur privé est adaptable à l’évolution des circonstances. Oui, certains travailleurs qui ne sont plus en demande se retrouveront licenciés, mais cela ne veut pas dire que c’est la fin du chemin. Si le modèle commercial sous-jacent est solide, les entreprises pourraient encore prospérer.

Boutiques sans contact

Les données actuelles sur le coronavirus suggèrent qu’il peut survivre sur des surfaces pendant environ trois jours. Par conséquent, il semble que l’ancien temps de ramasser les produits sur les étagères et de les mettre dans le panier soit révolu. Ce type de comportement n’est pas sûr.

Certains magasins recherchent donc des moyens d’emballer les chariots pour les clients sans risquer de contamination croisée. Une façon de le faire est que les clients commandent les produits qu’ils veulent avec un avantage, puis les récupèrent simplement, emballés et prêts à être expédiés du magasin.

Les magasins non tactiles envisagent également de plus en plus l’utilisation moyens de paiement sans contact. Heureusement, les gens ont construit l’infrastructure nécessaire avant que la crise n’éclate. Le COVID-19 obligera tous les retardataires à s’adapter rapidement.

Entretien de l’espace personnel

Historiquement, les salles de stockage étaient remplies de foules de personnes, toutes à quelques centimètres les unes des autres. Personne n’y a pensé à deux fois. Aujourd’hui, cependant, les détaillants physiques doivent trouver des moyens de s’adapter aux nouvelles règles de distanciation sociale pour protéger les clients.

Jusqu’à présent, nous avons vu plusieurs innovations. Certains magasins, par exemple, font la queue à l’extérieur et n’autorisent que quelques-uns à entrer dans le magasin à un moment donné. Nous avons également vu la mise en place de autocollants de sol pour la distanciation sociale, montrant aux gens où ils doivent être pour se protéger et protéger les autres. Minimiser le risque perçu d’infection sera essentiel dans les semaines et les mois à venir.

Plus d’options locales

Les autorités sévissent contre les personnes qui parcourent de grandes distances pour quoi que ce soit. Cette nouvelle réalité signifie que les détaillants devront offrir plus d’options locales à leurs clients. Les gens ne peuvent tout simplement pas se déplacer dans la ville, ou ils ne le veulent pas.

Les gens passeront probablement à des achats plus locaux même après le passage de la menace COVID-19 en raison de leur amour pour les achats de maman et papa. Selon les données, les visites dans ces magasins ont augmenté de plus de 68 % pendant la pandémie, par rapport aux niveaux précédents. Les citoyens avertis veulent éviter les grands magasins où le risque perçu d’infection est le plus important.

La montée des options virtuelles

La pandémie montre que les gens peuvent tout faire en ligne, qu’il s’agisse d’apprendre à faire de l’exercice ou de sortir ensemble. Le shopping les rejoindra donc sûrement.

Les détaillants capables de s’adapter à cette nouvelle réalité prospéreront. Ils pourront atteindre tous leurs clients et leur envoyer la marchandise par la poste. Cependant, ceux qui ne le font pas risquent de perdre le coche et de perdre définitivement des perspectives au profit de leurs concurrents.

La pandémie rend les gens plus à l’aise avec les achats en ligne. Les choses évoluaient lentement avant la crise, mais maintenant elles s’accélèrent rapidement. Les gens n’ont d’autre choix que de se connecter à des comptes de vente au détail en ligne et de commencer à magasiner. Aller au centre commercial pour acheter des vêtements n’est pas une option.

Les détaillants sont de plus en plus conscients de l’endroit où ils achètent leurs produits

La plupart des consommateurs ne suivent pas les chaînes d’approvisionnement pour les produits en magasin. Ils les sortent de l’étagère sans se poser de questions sur leur provenance. La même chose, cependant, n’est pas vraie lorsque vous magasinez en ligne. Du coup, la provenance devient essentielle et les clients font leurs recherches.

Le COVID-19 pousse donc le secteur du commerce de détail vers la transparence sur l’achat des produits. Les clients s’attendent à ce que les entreprises en ligne incluent quelques des informations sur le lieu de fabrication de leurs vêtements ou de leurs appareils électroniques. Et ils veulent être rassurés sur le fait qu’ils ont été achetés de manière éthique.

Les détaillants comprennent maintenant la valeur des médias sociaux

Les médias sociaux étaient autrefois considérés comme un marché marginal : un lieu où les détaillants de mode étaient présents, mais totalement inappropriés pour le grand public. Le confinement, cependant, change tout cela. Les gens cherchent désespérément à se connecter avec les détaillants et à remplacer les interactions traditionnelles en magasin.

Le niveau d’interaction sociale a augmenté de façon spectaculaire depuis l’éclosion de la COVID-19. Les gens consultent plus souvent leurs fils d’actualités et se tournent vers les médias sociaux pour entrer en contact avec des personnes qu’ils connaissent. Ce changement entraîne une augmentation du volume de trafic, donnant aux détaillants plus d’opportunités d’exploiter les ventes potentielles.

Fait intéressant, le trafic social a augmenté au cours des premiers mois de la crise, alors même que d’autres canaux ont diminué. Les gens, par exemple, ont cessé de compter sur les affiliés et les résultats de recherche pour trouver les produits qu’ils voulaient. Au lieu de cela, ils ont puisé dans les médias sociaux et combiné leur vie sociale avec leurs achats.

Les détaillants modifient donc leurs stratégies de marketing en conséquence. On voit de gros pushs sur tous les réseaux sociaux des marques traditionnelles.

Le COVID-19 est donc en train de remodeler le secteur de la vente au détail. Le secteur va inévitablement se contracter. Il est peu probable que nous assistions à un retour à Niveaux de dépenses 2019 ou des affaires dans le secteur – du moins pas pour très longtemps. Le secteur devra donc s’adapter à une toute nouvelle réalité, à laquelle personne ne s’attendait il y a encore quelques mois. Personne ne sait comment cela va se passer. Une chose est sûre, cependant : personne ne devrait exclure les entreprises de vente au détail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.