« Environnement bancaire hostile » promis aux sans-papiers

Le gouvernement a dévoilé un nouveau programme pour obliger les banques et les sociétés de construction à vérifier 70 millions de comptes d’immigrants illégaux au Royaume-Uni.

Le programme, qui sera un processus continu, oblige les banques et les entreprises de construction à effectuer des contrôles trimestriels pour les immigrants illégaux. Il devrait entrer en vigueur en janvier 2018. Il a des implications pour les institutions financières et les employeurs autant que pour les personnes qui risquent de se retrouver piégées dans sa toile.

Selon le ministère de l’Intérieur, obliger les banques à geler les comptes des demandeurs d’asile déboutés, des résidents hors site et des ressortissants étrangers qui risquent d’être expulsés après une condamnation pénale encouragera ces personnes à accepter de quitter le Royaume-Uni pour récupérer leurs fonds. Alors que les intentions derrière le programme peuvent être en accord avec la trajectoire d’immigration actuelle du gouvernement, ses implications potentielles sont alarmantes.

Les contrôles doivent être effectués à l’aide d’une base de données fournie par le ministère de l’Intérieur. Bien que le système comprenne apparemment des garanties intégrées destinées à garantir qu’aucune personne confrontée au gel de ses comptes ne se retrouve complètement sans les moyens financiers nécessaires à sa subsistance, des groupes de pression d’immigrants ont fait part de leurs inquiétudes. Ils soulignent le bilan peu reluisant du ministère de l’Intérieur en matière d’orientation correcte des immigrés. D’autres questions portent sur ce qui se passera dans le cas des comptes joints, où un seul titulaire appartient à l’un des groupes interdits. Encore une fois, il existe des garanties supposées conçues pour faire face à une telle situation, mais on ne sait pas exactement ce qu’elles sont et dans quelle mesure elles fonctionneront. En outre, on craint que le nouveau régime ne soit finalement étendu aux citoyens de l’UE qui se sont vu refuser la résidence permanente au Royaume-Uni. Le refus de séjour permanent pour les citoyens d’autres États membres de l’UE n’a généralement rien à voir avec des condamnations pénales, mais peut résulter, par exemple, de l’absence d’assurance maladie complète.

Les banques et les entreprises de construction dont les chèques découvrent des immigrants illégaux et seront obligées de dire aux titulaires de comptes lésés de traiter l’affaire avec le ministère de l’Intérieur. Aucune institution financière ne sera autorisée à tirer ses propres conclusions sur le droit légitime d’un individu de résider au Royaume-Uni. Ce sera le cas même si une personne présente un passeport biométrique ou un permis de séjour confirmant son statut dans le pays.

Les nouvelles exigences ne sont pas vraiment une surprise. Les propriétaires étant déjà tenus de vérifier le statut d’immigration des locataires potentiels, le nouveau système bancaire pourrait être franchi comme une autre étape sur une route que certains ont déjà comparée à Gilead dans le livre de Margaret Atwood. Le conte de la servante. Les recherches du Joint Council for the Welfare of Immigrants suggèrent que plus de la moitié des propriétaires sont moins susceptibles de louer des biens à des ressortissants étrangers et un peu moins de la moitié de louer à des minorités ethniques britanniques. Il ne faut pas trop d’imagination pour conclure que les banques peuvent faire de même et décider de ne pas offrir de services bancaires à ceux qui n’ont pas de permis permanent pour séjourner dans le pays. Les résidents permanents dont les noms ressemblent à des étrangers peuvent également en souffrir.

Bien qu’il soit interdit aux institutions financières de discriminer les résidents légaux, le recours des personnes lésées peut être aussi compliqué dans la sphère financière que dans le monde des propriétaires et des locataires. De plus, les relevés bancaires sur les comptes mis sur liste noire – une nécessité occasionnelle et inévitable compte tenu des lois sur le blanchiment d’argent – ne sont pas parfaitement propres. Des erreurs se produisent et ne sont pas toujours corrigées rapidement.

Des propositions similaires sont prévues, ciblant les employeurs. Ils verront les employeurs contraints de divulguer le nombre de personnel étranger qu’ils emploient et également de se conformer à un « test du marché du travail résident » plus rigoureux. Ce dernier exige actuellement qu’un poste soit publié au Royaume-Uni pendant au moins 28 jours avant de recruter à l’étranger, mais la ministre de l’Intérieur, Amber Rudd, a déclaré que cela n’était pas assez coûteux.

C’est sans aucun doute une période troublante pour être une personne ayant un statut d’immigrant illégal ou incertain au Royaume-Uni. Cependant, les banques et les entreprises doivent également être prudentes et conscientes de la nécessité d’équilibrer leurs nouvelles obligations avec les lois anti-discrimination existantes.


Article fourni par Clifford Johnston & Co

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.