Expansion sur le marché américain : comment les entreprises britanniques peuvent naviguer avec succès dans des réglementations financières complexes

Pour de nombreuses entreprises basées au Royaume-Uni, le marché américain représente une opportunité à haut risque et à haut rendement pour l’expansion internationale. D’une part, les échecs très médiatisés du détaillant de vêtements Marks and Spencer et du géant des supermarchés Tesco servent d’avertissement aux dirigeants ambitieux. SM perdu près d’un milliard de dollars depuis qu’il a lutté sur le marché américain pendant 13 ans alors que Tesco a subi un total de 1,61 milliard de dollars de pertes sur 5 années tragiques.

D’autre part, les détaillants britanniques tels que Burberry et Topshop ont réussi à tirer d’énormes profits de leur décision audacieuse d’entrer sur le marché américain. Burberry, par exemple, a doublé son résultat opérationnel et ses revenus entre 2007 et 2012.

L’importance de s’adapter aux différences culturelles et réglementaires

Cela signifie-t-il que les entreprises sans appétit pour le risque élevé devraient rester à l’écart des États-Unis ? Non, cela signifie simplement que les entreprises doivent être disposées et proactives pour apporter des changements fondamentaux afin de s’adapter aux différences culturelles et réglementaires. Pour citer George Bernard Shaw, « Les États-Unis et la Grande-Bretagne sont deux pays séparés par une langue commune ». Les entreprises britanniques ont un énorme avantage sur les autres concurrents sur le marché américain car elles partagent de nombreux points communs avec les Américains, dans l’histoire, la langue et la culture.

Cependant, il serait imprudent de supposer que cela dispense donc d’être sensible aux particularités culturelles et normatives. Nous ferions tous bien d’apprendre des erreurs commises par des entreprises comme M&S et Tesco, ainsi que les nombreuses entreprises qui n’utilisent pas les ressources et les incitations qui se dressent devant elles. Le site ADP.com rappelle aux grandes entreprises que 3 000 incitations fédérales et étatiques sont disponibles chaque année, et que la moitié d’entre elles ne sont pas réclamées.

Il existe de nombreuses autres raisons pour lesquelles les entreprises britanniques qui cherchent à se développer à l’échelle mondiale devraient envisager le marché américain. D’une part, les États-Unis continuent d’être en tête de la croissance des ventes. Selon un rapport de 2013 de Barclays, les États-Unis ont été cités comme le premier marché étranger par les détaillants britanniques avec une croissance des ventes énorme de 40,2 %.

Alors que le même rapport cite également les États-Unis comme le marché étranger le plus difficile à pénétrer, il est parfaitement possible pour les entreprises de surmonter les principaux obstacles : un code fiscal complexe, une réglementation du travail et des exigences sanitaires.

Différences entre les codes fiscaux et les pratiques réglementaires des États-Unis et du Royaume-Uni

Les entreprises britanniques qui ne connaissent pas les codes fiscaux et les pratiques réglementaires des États-Unis doivent garder à l’esprit que, comme les États-Unis ont un système de fédéralisme décentralisé, les pratiques réglementaires peuvent différer considérablement d’un État à l’autre. Voici quelques considérations à prendre en compte lorsque vous faites des affaires aux États-Unis :

Les exigences fiscales américaines varient d’un État à l’autre et peuvent être prélevées aux niveaux fédéral, étatique et local. Vous aurez besoin d’un avocat fiscaliste ou d’un comptable agréé pour vous aider à déterminer les impôts que vous devez payer.

Même si vous effectuez vos transactions aux États-Unis entièrement depuis le Royaume-Uni, vous pouvez toujours être assujetti aux taxes américaines. Le montant dépend de la proximité de votre entreprise avec les États-Unis.

Si vous remplissez les conditions de la convention fiscale entre les États-Unis et le Royaume-Uni, votre entreprise peut être éligible à certaines exonérations fiscales.

Lorsque vous fournissez des biens et des services aux États-Unis, vous devez vous conformer aux diverses réglementations établies par divers organismes de réglementation aux niveaux étatique et fédéral, tels que la Food and Drug Administration, la Federal Trade Commission, la Consumer Product Safety Commission et la Agence de Protection de l’Environnement.

Naviguer sur le terrain complexe de la réglementation américaine peut sembler difficile, mais cela ne devrait pas être dissuasif. Le succès d’entreprises comme Burberry, Topshop, Hobbs et Vodafone prouve qu’il est tout à fait possible de surmonter les obstacles réglementaires et de profiter d’une activité florissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.