IR35 pour les entrepreneurs : changements d’avril 2021

Avez-vous déjà entendu parler de l’IR35 ? Un travail pour votre comptable ou votre équipe juridique, peut-être. Mais ne vous débarrassez pas de vos responsabilités.

Si vous travaillez pour un intermédiaire (société à responsabilité limitée), l’IR35 est susceptible de figurer sur votre liste « à faire » sous une forme ou une autre. Voici ce que vous devez savoir…

IR35 pour entrepreneursQu’est-ce que l’IR35 ?

IR35 existe depuis un certain temps. Introduit par le HMRC en avril 2000, l’IR35 est un texte législatif conçu pour lutter contre l’évasion fiscale par les entrepreneurs. Il vise à le faire en évaluant si un individu est un véritable entrepreneur utilisé par une organisation ou s’il s’agit plutôt de ce que l’on appelle un « employé déguisé » à des fins fiscales.

Les règles changent légèrement le 6 avril 2021 et sont appliquées différemment. À partir de cette date, techniquement, toutes les administrations publiques, moyens et gros clients, seront chargées de déterminer le statut d’emploi des travailleurs (ce qui signifie également les entrepreneurs et les consultants). Une entreprise est admissible à l’exonération des petites entreprises si elle répond à au moins deux des critères suivants :

  1. Chiffre d’affaires – pas plus de 10,2 millions de livres sterling ;
  2. Bilan total – pas plus de 5,1 millions ; et/ou
  3. Nombre d’employés – pas plus de 50.

Quel que soit votre nom, vous devez vous assurer que votre statut ou celui de vos travailleurs relève ou non de l’IR35.

Que signifient réellement les changements ?

Si votre travailleur fournit des services à un client du secteur public ou à un client moyen ou grand du secteur privé :

  • Il devrait obtenir une détermination du statut d’emploi du client, ainsi que les raisons sous-jacentes à cette détermination
  • Ils pourront contester la détermination qui leur est donnée s’ils ne sont pas d’accord avec celle-ci

Des règles différentes s’appliquent si votre travailleur :

  • Il n’obtient pas de détermination du statut d’emploi du client
  • Il fournit des services aux petits clients du secteur privé

Désormais, vous devrez également communiquer votre « détermination » (c’est-à-dire votre décision) à l’aide d’une déclaration de détermination de l’État ou d’une FDS. Celle-ci doit être communiquée au contractant et/ou à l’organisation avec laquelle vous travaillez et doit exposer vos conclusions et les raisons pour lesquelles vous êtes parvenu à ces conclusions.

Si votre travailleur n’obtient pas de détermination du statut d’emploi

Les règles ne changent pas pour ces clients Si votre travailleur fournit des services à un petit client du secteur privé.

Si le client confirme qu’il s’agit d’une petite organisation, le courtier (généralement une société à responsabilité limitée) sera chargé de déterminer le statut de votre employé pour voir si les règles de non-salaire s’appliquent.

Ce qu’il faut considérer lors de la prise de décision

Il est très important que la disposition de votre travailleur soit documentée. Considérez les domaines clés suivants :

  • Quelle liberté le travailleur a-t-il sur la façon de faire le travail.
  • Ils doivent commencer et finir à une certaine heure ou faire le travail à des jours précis. Aux yeux de la loi, leur rôle serait probablement perçu comme celui d’un employé plutôt que d’un entrepreneur.
  • Vous devez également rechercher une clause de mutualité des obligations dans tout contrat que vous décidez de conclure. Cela signifie que vos travailleurs doivent être libres de choisir le travail, donc si vous offrez un emploi, ils sont obligés de le prendre – cela peut suggérer un contrat de travail plutôt qu’un accord entre le client et l’entrepreneur.
  • Peuvent-ils travailler projet par projet ?
  • Est-il interdit de travailler avec d’autres clients ?
  • Utilisent-ils leurs propres ressources et matériels ?

L’important est d’avoir une trace documentaire de vos conclusions, notamment :

  • Des enregistrements détaillés des déterminations du statut d’emploi de vos travailleurs, y compris les raisons de la détermination et toutes les commissions payées
  • Avoir des processus en place pour régler tout désaccord découlant de vos déterminations
  • Confirmez la taille de votre organisation à la demande de la personne ou de l’organisation avec laquelle vous avez contracté ou de l’employé

Si vous embauchez des entrepreneurs, la responsabilité de déduire les taxes et l’assurance nationale vous incombe jusqu’à ce que vous disiez le contraire à l’entrepreneur.

Pour plus de détails, inscrivez-vous gratuitement Webinaire IR35 Mercredi 17 mars à 12h00 (un enregistrement sera disponible).

Erika Moralez-Perez de 360 ​​Law Group sera rejointe par Mark Taylor de Duncan & Toplis / Kreston International pour donner un aperçu des implications des nouvelles « règles de non-rémunération » en vertu de l’IR35. Le webinaire de 45 minutes et les questions-réponses discuteront de ce que cela signifie pour votre entreprise, de ce que vous devez faire et des implications financières de la législation.


Par Erika Moralez-Perez, avocate d’entreprise chez 360 Law Group

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.