La base juridique du traitement des données des utilisateurs

Il existe six bases juridiques pour le traitement des données : consentement, contrat, obligation légale, intérêts vitaux, devoir public et intérêts légitimes.

Les poursuites judiciaires peuvent contourner certaines de ces bases légales. Par exemple, une décision de justice peut prévaloir sur le droit d’un individu de refuser son consentement ou de s’opposer au traitement sur la base d’intérêts légitimes.

liste de contrôle

En général, cependant, les bases légitimes du traitement des données doivent être respectées. Les personnes ont le droit de savoir pourquoi leurs données sont collectées et comment elles seront utilisées. Ils devraient également pouvoir refuser leur consentement ou s’opposer au traitement s’ils ont des doutes sur la manière dont leurs données seront utilisées. Pour éviter une pénalité financière potentielle résultant du traitement des données des utilisateurs, maintenez toujours la sécurité de vos données selon les normes les plus élevées.

Dans cet article, nous examinerons chacune de ces fondations et expliquerons comment chacune pourrait être utilisée pour votre entreprise.

1. Consentement

Le consentement est peut-être la base juridique la plus connue pour le traitement des données. Dans le cadre du RGPD, le consentement doit être libre, spécifique, éclairé et sans ambiguïté. Cela signifie que les personnes doivent pouvoir comprendre pourquoi leurs données sont collectées et comment elles seront utilisées. Ils devraient également avoir le droit de retirer leur consentement à tout moment.

2. Contrat

En vertu du RGPD, le traitement des données est licite s’il est nécessaire à l’exécution d’un contrat. Cela peut inclure la collecte de données auprès des clients pour exécuter une commande ou le traitement des données de paie pour payer les employés.

3. Obligation légale

Le traitement des données peut également être licite si nécessaire pour remplir une obligation légale. Par exemple, les entreprises peuvent avoir besoin de traiter des données pour se conformer aux lois fiscales ou aux réglementations en matière de santé et de sécurité.

4. Intérêts vitaux

Le traitement des données peut être licite s’il est nécessaire pour protéger la vie, la santé ou la sécurité d’un individu. Cela pourrait inclure le traitement de données afin de fournir des soins médicaux d’urgence ou de prévenir la criminalité.

5. Tâche publique

Le traitement des données peut être licite s’il est nécessaire à l’exécution d’une mission publique. Cela pourrait inclure le traitement de données à des fins de recherche ou de journalisme.

6. Intérêts légitimes

Enfin, le traitement des données peut être licite si nécessaire pour les intérêts légitimes de l’entreprise. Cela peut inclure l’utilisation des données des clients pour améliorer les produits et services ou l’utilisation des données des employés pour gérer les performances.

Cependant, les entreprises doivent mettre en balance leurs intérêts légitimes avec les droits et les intérêts des personnes. Par exemple, une entreprise peut avoir un intérêt légitime à traiter des données à des fins de marketing. Cependant, cela devrait être mis en balance avec le droit de l’individu à la vie privée.

Conclusion

Ainsi, au total, il existe six bases légitimes pour le traitement des données. Si vous n’êtes pas sûr de vos droits, nous vous recommandons de parler à un représentant légal. Assurez-vous que les données de vos utilisateurs sont à l’abri des violations de votre stratégie de gestion des risques liés aux données et n’oubliez pas de toujours éliminer correctement vos données restantes. Les données que vous jetez peuvent également être en danger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.