Le durcissement fiscal des liquidations crée de l’incertitude pour les entreprises

Le Chartered Institute of Taxation (CIOT) craint que les entreprises engagées dans certaines transactions commerciales ne soient confrontées à une incertitude inutile en raison du manque de clarté sur l’étendue d’une nouvelle règle fiscale anti-évitement.

impôtLe projet de loi de finances 2016 introduit une nouvelle règle anti-évasion ciblée (TAAR) pour certaines distributions de capital effectuées lors de la dissolution d’une société. L’objectif est de s’attaquer à un petit nombre de contribuables qui profiteraient de la réglementation actuelle pour réduire l’impôt qu’ils paient.

Le CIOT a déclaré au HMRC que le TAAR, qui est largement conçu, englobe potentiellement un très large éventail de situations commerciales légitimes où l’évasion fiscale est peu susceptible d’être le facteur de motivation.

Le nouveau TAAR ne prévoit pas de procédure formelle d’autorisation préalable, contrairement à d’autres parties de la législation fiscale britannique applicables aux transactions importantes. Cela signifie que les contribuables devront évaluer eux-mêmes si le TAAR s’applique ou non. Une procédure d’autorisation permettrait aux contribuables d’obtenir une décision du HMRC avant une transaction. Cela réduirait considérablement l’incertitude. Au lieu de cela, les entreprises ne peuvent utiliser que le libellé de la législation et les directives du HMRC pour décider par elles-mêmes si le TAAR s’applique ou non.

Tina Riches, présidente du sous-comité d’entreprise géré par le propriétaire du CIOT, a déclaré : « La communauté des affaires préférerait une utilisation plus restreinte du TAAR afin que les décisions et transactions commerciales légitimes ne soient pas retardées ou entravées.

Dans l’état actuel des choses, sans procédure d’autorisation préalable, il sera crucial que des orientations claires sur la manière dont le HMRC entend interpréter la législation soient rendues publiques par le HMRC. Celui-ci devrait être publié dès que possible, bien qu’à l’état de projet, afin de minimiser l’incertitude créée par la législation.

«Malgré notre point de vue selon lequel devoir s’appuyer sur les directives du HMRC est une caractéristique très insatisfaisante du système fiscal britannique actuel, les entreprises ont besoin de certitude quant au type de transactions que le HMRC considère comme interceptées par la législation.

« Nous avons donc envoyé au HMRC 18 exemples de transactions fournies par nos membres qui, selon nous, conviennent à titre indicatif et sur lesquelles le point de vue du HMRC est nécessaire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.