L’entreprise de superyachts avec le PDG de Fraser, Raphael Sauleau

Au Monaco Yacht Show 2018, le PDG de Fraser revient sur l’année jusqu’à présent.

À l’approche de la fin de 2018, nous pouvons réfléchir à ce qui ne peut être décrit que comme quelques années incroyables pour Fraser. Le leader mondial du courtage de yachts a fêté ses 70 ans l’année dernièree anniversaire avec style, vendant 50 yachts de plus de 25 mètres. Cette année, le succès continue de couler, y compris la reconnaissance d’avoir été nommé courtier numéro un pendant les cinq années consécutives de 2013 à 2017 lors de l’inauguration de The Superyacht Report La relation de courtage. Dans la publication, le rôle de Fraser dans un impressionnant « 20% de toutes les ventes réalisées entre 2013 et 2017 par des intermédiaires dans le classement » a été applaudi, tout comme la capacité de l’entreprise à vendre des yachts plus rapidement que ses concurrents.

Au Monaco Yacht Show 2018, l’équipe de Fraser a fait une pause dans le calendrier chargé des salons nautiques pour faire le point sur l’année jusqu’à présent. Alors que 2018 a jusqu’à présent été qualifiée d' »année mitigée » en termes de ventes de yachts, Fraser a joué un rôle dans les deux plus grosses transactions de l’année à ce jour, M/Y ANASTASIA et M/Y GRACE E. En termes de yacht charter, la saison estivale méditerranéenne a connu une forte reprise après une saison hivernale qui avait été durement touchée par les ouragans dévastateurs dans les Caraïbes l’année dernière. La flotte de gestion d’affrètement Fraser a également pris un bon départ en 2018, avec une longueur totale de la flotte augmentée de 10 % à 2605 m.

Après avoir qualifié 2017 d' »exceptionnelle », le PDG de Fraser, Raphael Sauleau, nous dit que l’entreprise a connu un bon début d’année, notamment aux États-Unis. « C’est un marché extrêmement dynamique », dit-il. « Le premier trimestre a vu beaucoup de ventes et, alors que nous avons vu une légère baisse au deuxième trimestre, le troisième trimestre va très, très fort. Nous avons vendu les trois plus grands yachts en août (76m M/Y ANASTASIA, 50m RIMA II, 50m VOLPINI). Ainsi, même si nous sommes toujours à la traîne par rapport au nombre de yachts vendus l’an dernier, nous sommes tout à fait convaincus que d’ici la fin de l’année, nous serons très proches, voire supérieurs, du nombre de yachts vendus l’an dernier. »

Raphael explique que l’accent a également été mis sur la gestion des yachts cette année. «Nous avons augmenté notre flotte de gestion de 25% et avons maintenant plus de 75 yachts dans notre flotte, un nombre que Fraser n’a jamais eu auparavant. Je pense que nous pourrions même atteindre 85-90 yachts avant la fin de l’année. « Cela, dit-il, a également un effet d’entraînement sur d’autres aspects de son entreprise. » Lorsque j’ai rejoint Fraser il y a deux ans et demi, nous étions déjà l’un des principaux courtiers, sinon le leader de l’industrie. Mais maintenant, nous avons également une forte présence dans tous les segments de marché, tels que la gestion et l’équipage. C’est quelque chose sur lequel nous travaillons vraiment. Et cela a un effet domino pour renforcer nos autres segments « .

Ainsi, c’est avec positivité que Sauleau aborde le quatrième quart-temps. « Le feu est vert pour 2018. L’Amérique est toujours la force motrice de l’industrie du yachting en ce moment en ce qui concerne Fraser, mais nous voyons de plus en plus de clients d’Europe de l’Est revenir, en particulier de Russie. »

« Mais, se dépêche-t-il, nous ne pouvons pas oublier la fragilité du yachting. Toute crise économique choquera immédiatement l’industrie. Nous devons donc nous assurer que nous prenons toujours soin de nos clients. Que nous leur donnions les bons conseils, que nous leur vendions le bon yacht ou que nous organisions la location de yacht parfaite ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.