Les avantages de l’assurance-vie dans la planification successorale

L’assurance-vie peut jouer un rôle important dans votre projet immobilier, car elle offre une solution à un large éventail d’objectifs potentiels.

En général, l’assurance-vie remplit l’une des deux fonctions suivantes : créer un patrimoine pour vos héritiers ou préserver votre patrimoine existant. En général, les primes d’assurance-vie ne sont pas déductibles d’impôt, mais la prestation due à l’héritier (des frais de succession peuvent s’appliquer) ou à un bénéficiaire (les frais de succession ne s’appliquent pas) n’est pas soumise à l’impôt sur le revenu.

assurance vie et planification successoraleAssurance-vie à des fins de planification successorale

Voici quelques raisons courantes qui pourraient vous faire utiliser votre vie assurance planification successorale:

  • Sécuriser la liquidité d’une propriété pour rembourser des dettes telles que des impôts ou une hypothèque. De cette façon, les actifs illiquides, comme une maison ou une entreprise, n’ont pas besoin d’être vendus et peuvent être légués à vos bénéficiaires.
  • Créez un fonds pour fournir un revenu à une personne que vous souhaitez soutenir.
  • Faire un don à une association caritative.

Bien que le terme Assurance il peut être utilisé pour financer un besoin immobilier à court terme comme rembourser une hypothèque en cours ou protéger l’héritage d’un déficit immédiat, il est préférable de souscrire une police d’assurance vie ou une assurance vie universelle. à des fins de planification patrimoniale.

Par exemple, vous pouvez avoir une police d’assurance-vie qui paierait des droits de succession en cas de décès (plus-values ​​selon les règles de la disposition alléguée) ou vous pouvez léguer des biens personnels sans impôt.

Comme pour tous les produits d’assurance achetés à des fins de planification patrimoniale, une analyse coûts-avantages approfondie est nécessaire pour évaluer les mérites de la stratégie.

De combien avez-vous besoin pour souscrire une assurance-vie ?

Le montant d’assurance requis dépendra de vos objectifs immobiliers et de votre situation financière actuelle. En vieillissant, vous constaterez probablement que le montant d’assurance dont vous avez besoin peut diminuer ou passer d’une assurance à court terme à une assurance permanente. C’est grâce à la préparation d’un plan financier et à l’aide d’un consultant autorisé à vendre de l’assurance-vie que l’on peut évaluer avec le plus de précision le montant d’assurance requis et la forme la mieux adaptée à la situation.

Incidences fiscales de l’assurance-vie et de ses actifs

Les revenus d’assurance-vie que les bénéficiaires reçoivent après le décès du preneur d’assurance sont généralement exempts d’impôt. Cependant, il existe trois circonstances qui font qu’une assurance-vie est incluse dans la succession du défunt :

  • Le revenu est versé à l’exécuteur testamentaire de la succession du défunt.
  • Le défunt a eu un accident avec les biens de la police lors de son décès.
  • Il y a transfert de propriété dans les trois ans suivant le décès (un délai de trois ans doit être respecté).

Un accident immobilier comprend le droit de céder, de résilier, de nommer des bénéficiaires, de changer de bénéficiaires et d’emprunter sur les réserves de trésorerie.

Avantages

Le droit de souscription remplace tout titre de succession

S’il y a héritage, il ne dépend pas de la succession légale ou testamentaire. La personne qui est désignée dans le contrat d’assurance-vie comme bénéficiaire peut demander directement le paiement de la somme assurée. Il n’a pas besoin d’un testament et d’un certificat d’héritage. Ce n’est qu’avec la présentation du certificat de décès que la somme assurée arrive généralement immédiatement et sans délai pour paiement. Aucun héritier ne peut bloquer le paiement.

La somme assurée ne fait pas partie de la succession. Il s’agit plutôt d’un contrat en faveur d’un tiers, le résultat de l’héritage sera payé. Le bénéficiaire n’était pas censé être un héritier. Il suffit tout à fait qu’il soit indiqué dans le contrat d’assurance-vie comme bénéficiaire.

De plus, il est avantageux pour cette personne qu’elle ne puisse être tenue responsable d’aucun passif de l’héritage. Le passif de la succession ne concerne que les héritiers.

Si le bénéficiaire est aussi l’héritier

Si l’héritier et le bénéficiaire ne font qu’un, le bénéficiaire peut percevoir la somme assurée et, en sa qualité d’héritier, refuser tout surendettement ou demander une procédure collective.

La somme assurée ne tombe donc pas dans l’héritage et l’héritier ne répond pas en privé des dettes de l’héritage, de sorte que la somme assurée pour le créancier hérité reste inattaquable. Cette constellation est particulièrement adaptée aux testeurs actifs dans l’esprit d’entreprise qui souhaitent protéger financièrement leurs familles et les protéger du risque potentiel d’insolvabilité de l’entreprise.

C’est ainsi que les partenaires de vie et les partenaires protègent leur vie

Les mêmes avantages sont obtenus par les concubins non mariés et non enregistrés. En cas de décès d’un partenaire, le partenaire survivant a un accès direct à la somme assurée. Il n’a pas besoin d’un testament et d’un certificat d’héritage. La somme assurée sera payée par la succession. Si les associés se séparent de leur vivant, le droit de souscription peut être modifié à tout moment et réattribué à un éventuel nouvel associé.

Les revenus du capital sont exonérés d’impôts !

Il est avantageux que les revenus du capital (intérêts, dividendes) résultant de la période de report du testateur soient ajoutés au contrat d’assurance et restent non imposables. Ils augmentent continuellement le rendement. En effet, en cas de décès du testateur pendant la phase d’ajournement, la somme assurée sera versée au bénéficiaire hors impôt sur le revenu.

Les droits d’abonnement ont changé à tout moment

De son vivant, le testateur peut à tout moment révoquer l’ayant droit par une autre personne dans le cas du droit de souscription révocable. Le changement est possible à tout moment et de manière informelle. Le bénéficiaire n’a pas le droit de percevoir ses droits de souscription. Alternativement, le droit de souscription irrévocable, qui peut conduire à d’autres résultats dans le cadre de la créance complémentaire obligatoire.

Le testateur conserve le pouvoir de contrôle tout au long de sa vie

Le testateur ne pardonne rien de son vivant. S’il passe par la phase de paiement, la somme assurée lui sera évidemment versée. Il peut donner la somme assurée en garantie de son vivant et/ou la lui prêter et éventuellement contracter une avance sur police. Votre liberté d’action financière demeure (droit de souscription révocable).

L’assurance-vie comme pierre angulaire de la planification successorale

En ce sens, l’assurance-vie ou l’assurance-retraite est une composante essentielle de la planification successorale. Idéalement, le futur testateur combine sa planification successorale avec une procuration, une directive de soins, un testament de vie et une directive funéraire, une procuration spéciale et, le cas échéant, une procuration entrepreneuriale ou une ordonnance de garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.