Les PME surpassent les grandes organisations en termes de travail virtuel, d’outils à la demande et de freelance

Près des deux tiers (60 %) des travailleurs du savoir dans les petites et moyennes entreprises (PME) aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne utilisent désormais des outils à la demande, des technologies basées sur Internet ou dans le cloud, dans leurs fonctions professionnelles. Ce chiffre est supérieur à celui des entreprises de 500 salariés ou plus (53%), démontrant le caractère agile et tourné vers l’avenir des PME.

PME au travailCes découvertes sont révélées dans le Etude sur notre façon de travailler commandée par Unifier, la marque Atos pour les logiciels et services de communication et de collaboration. Une enquête menée auprès de 5 000 travailleurs du savoir de PME britanniques, américaines et allemandes dont le travail consiste à « penser pour gagner leur vie » révèle les attitudes et les attentes des gens concernant leur emploi actuel, ainsi que ce qu’ils pensent que l’avenir leur réserve. .

Les travailleurs du savoir des PME s’attendent à voir des changements majeurs dans leur emploi au cours des cinq prochaines années. Plus d’un tiers (38 %) pensent que leurs rôles n’existeront plus après cette période, et près des deux tiers (64 %) pensent qu’ils ne se ressembleront plus. Dans cet environnement en constante évolution, la confiance est vitale. 76 % des travailleurs du savoir des PME se sentent entendus dans leur organisation, contre 71 % dans les grandes entreprises, ce qui suggère qu’ils seront bien placés pour s’adapter à l’avenir.

La technologie a un impact énorme sur les PME. Le courrier électronique est toujours considéré comme un outil essentiel, près des trois quarts (70 %) des petites et moyennes entreprises le considérant comme tel. Cependant, les entreprises de cette taille sont moins dépendantes que les grandes organisations ; avec 80% de ces derniers disant que c’est essentiel. Il existe également des preuves solides d’une plus grande consumérisation de la technologie d’entreprise. Près des deux tiers (61 %) des PME utilisent leurs appareils au travail, contre un peu moins de la moitié (47 %) dans les grandes organisations. Cela suggère que les gens veulent travailler avec les appareils avec lesquels ils sont à l’aise en dehors du bureau. Les PME doivent donc choisir des outils et des applications qui fonctionnent parallèlement.

« Il n’y a pas d’écart technologique entre les PME et les grandes organisations et, dans de nombreux cas, les PME sont plus progressistes, car elles sont obligées de faire plus avec moins, d’être innovantes et agiles », déclare Thomas Veit, PDG, Channels, EMPAC, Unify. « Notre étude montre non seulement l’énorme impact que la technologie a eu sur l’industrie, mais aussi le fait que les PME l’adoptent et l’intègrent dans tous les aspects de leur travail. L’étude Way We Work a confirmé ce que nous savions depuis un certain temps : les entreprises en croissance sont plus ouvertes à l’essai de nouvelles technologies. Il a également établi que les travailleurs du savoir définissent comment, quand et où ils font leur travail et que les PME le remarquent. Pour rester compétitives, elles doivent placer les personnes au premier plan de leur organisation et la technologie est la clé pour y parvenir. »

L’étude sur notre façon de travailler a révélé que le travail virtuel est devenu une pratique courante. Près de la moitié des travailleurs du savoir des PME (47 %) pensent qu’un bureau unique en tant que lieu de travail physique est moins important que par le passé. Bien que cette tendance prenne de l’ampleur, les petites entreprises ne sont toujours pas à égalité avec les plus grandes en matière de travail virtuel.

Près de la moitié (48 %) des PME de moins de 500 employés et des grandes entreprises pensent que leurs organisations fonctionnent grâce à la technologie plutôt qu’aux bureaux. Les PME de moins de 100 salariés sont une autre histoire, puisque seuls les deux cinquièmes (40%) le pensent.

Les travailleurs du savoir des PME apprécient de travailler en dehors des environnements de bureau traditionnels, 37 % de ceux qui comptent moins de 500 employés affirmant que la pensée créative est l’un de ses plus grands avantages. En plus de cela, près d’un tiers (30%) apprécient les équipes virtuelles pour leur capacité à réunir différentes compétences de manière efficace. Alors que les grandes entreprises sont plus susceptibles d’avoir plusieurs sites, elles exploreront donc davantage les équipes virtuelles, cela suggère que les PME voient la valeur de ce type de travail et sont prêtes à l’approfondir à l’avenir.

Le bureau subira également d’autres transformations. Actuellement, les travailleurs du savoir dans les PME passent en moyenne 21 % de leur temps en dehors du bureau. Cela est appelé à changer puisque plus d’un quart (26%) souhaiteraient passer entre 26 et 50% de leur journée de travail loin de leur bureau. Combiné avec le fait que près des trois quarts (72 %) des travailleurs du savoir des PME pensent que les médias sociaux et Internet ont changé leur comportement au travail, il est clair que l’environnement de bureau est en constante évolution. . Il est loin d’être mort, cependant, car seulement 7 % des travailleurs du savoir dans les PME aimeraient passer 75 à 100 % de leur temps hors d’un environnement de bureau traditionnel.

Les indépendants et l’économie à la demande modifient également les emplois des employés des PME. Plus du quart (26 %) des PME interrogées ont déclaré être actuellement sous contrat, comparativement à 22 % dans les grandes entreprises. Les travailleurs de ces types d’organisations étaient également plus désireux d’adopter cette nouvelle façon de travailler, 56 % des répondants dans les entreprises comptant moins de 500 envisageant de passer à un style de travail indépendant ou à la demande plutôt qu’à un travail régulier. Dans les grandes organisations, un peu moins de la moitié (49 %) seraient attirés par la même offre.

Cependant, certains éléments du lieu de travail satisfont les travailleurs du savoir des PME. Les aspirations à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée semblent avoir été satisfaites, 95 % des répondants déclarant avoir un bon équilibre entre les deux. Plus encourageant encore, plus de la moitié (52 %) pensent que leur équilibre travail-vie s’est amélioré au cours des cinq dernières années.

« Notre étude The Way We Work montre que le lieu de travail et le travail lui-même subissent un changement radical », poursuit Veit. « Si les petites et moyennes entreprises veulent continuer à prospérer, elles doivent être à l’écoute des besoins et des demandes de ces employés. Actuellement, les gens des petites et moyennes entreprises veulent plus de contrôle sur la façon dont ils travaillent et où ils travaillent, ce que la technologie offre. La main-d’œuvre a besoin de flexibilité, et si une entreprise ne tient pas ses promesses, d’autres le feront. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.