Non tu comprends ? Langue dans les affaires internationales

Robert Horne, responsable de compte chez la société de commerce électronique, ICO3, discute des subtilités du commerce transfrontalier et du problème « ne comprend pas ».

Pour les détaillants de commerce électronique, la vente à l’international offre un énorme potentiel pour accroître la notoriété de la marque et les ventes en ligne, mais elle s’accompagne également d’un certain nombre de défis. Ces défis touchent divers domaines, notamment les traductions linguistiques, la conversion des prix et la législation. Existe-t-il un moyen de contourner le problème du « non compris » ?

Non tu comprends ?  Langue dans les affaires internationalesLa nouvelle réglementation britannique sur les contrats de consommation, qui a récemment été déployée pour les vendeurs à distance, signifie que les détaillants en ligne doivent désormais proposer une politique de retour minimum de 14 jours, contre le minimum précédent de sept jours. Cette nouvelle législation n’est qu’un exemple, démontrant l’importance pour les vendeurs de suivre l’évolution de la réglementation des vendeurs.

En plus de modifier les politiques de retour, il est essentiel que les vendeurs soient conscients des frais de livraison internationaux et des délais de livraison. Les frais de livraison internationaux peuvent être un champ de mines ; ils peuvent avoir un impact sérieux sur les ventes et peuvent contribuer aux paniers d’achat. Si les coûts sont trop élevés, les détaillants risquent de rebuter leurs clients, mais si les coûts ne sont pas assez élevés, le détaillant réduira ses marges bénéficiaires, ce qui rendra son activité insoutenable.

En ce qui concerne les options de livraison vers des pays plus éloignés, l’Amérique est un pays qui offre d’excellentes opportunités aux détaillants en ligne avec quelque 190 millions de clients, soit trois fois la population du Royaume-Uni, qui commandent en ligne, selon Statista.com. Les frais de livraison aux États-Unis sont souvent inférieurs aux tarifs postaux standard non européens, et pour de nombreux détaillants, les États-Unis sont une opportunité fantastique à ne pas manquer.

Êtes-vous toujours en train de dire « pas compris » ? Barrières linguistiques et traductions

Le problème le plus évident avec les ventes internationales est peut-être la barrière de la langue. Les traductions de produits peuvent être coûteuses et peuvent donc entraîner des difficultés pour les entreprises en termes de création de marchés internationaux. Trouver un traducteur ou une entreprise capable de proposer plusieurs traductions signifierait que les entreprises se concentrant sur l’Europe pourraient vendre via Amazon en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne beaucoup plus facilement.

Avant les récents changements, des comptes bancaires européens étaient nécessaires pour Amazon, ce qui, avec les traductions, créait des problèmes pour les ventes internationales. Cependant, ces restrictions bancaires ont été récemment supprimées sur Amazon Italie et Espagne, ce qui signifie désormais que les détaillants peuvent vendre sur n’importe lequel de ces marchés et n’ont besoin que d’un seul compte bancaire enregistré.

Par rapport à Amazon, eBay, un autre marché international populaire, est une bête complètement différente, nécessitant la traduction d’éléments plus visibles, y compris les spécifications et les descriptions des articles, ainsi qu’une structure de catégories très différente sur chaque marché.

Contrôle des stocks et prix

Une fois qu’un vendeur s’est établi sur divers marchés internationaux, se pose le défi de la conversion des devises. Plus un vendeur négocie de marchés, plus il y a d’annonces pour maintenir les prix et les stocks à jour et en ligne avec les fluctuations des taux de change. Si une entreprise le met à jour manuellement, cela peut prendre du temps et, avec des taux de change en constante fluctuation, cela peut avoir un impact sur les bénéfices s’il n’est pas surveillé de près. D’après mon expérience, la meilleure façon de lutter contre ces problèmes est de lier avec succès les intégrations à un logiciel spécialement développé afin que toutes les cotations boursières, britanniques et internationales, soient automatiquement mises à jour.

Gérer les attentes

En ce qui concerne les ventes internationales, il est important de définir des attentes réalistes car différents pays ont des idées différentes sur la durée d’une livraison. Il est essentiel de rendre vos options de livraison claires et concises sur votre politique de livraison, en indiquant combien de temps cela prendra et d’où il sera expédié, pour éviter les problèmes de communication. Ceci est particulièrement important sur les places de marché tierces telles qu’eBay et Amazon, où les évaluations des utilisateurs peuvent avoir un impact direct sur vos ventes.

De même, vous devez laisser plus de temps aux clients internationaux pour retourner un article afin de tenir compte du temps nécessaire pour recevoir l’article à l’international. Il est important de définir qui paiera les frais de retour, et le coût de remplacement d’un article échangé doit être pris en compte au moment de décider de le vendre à l’international ou non.

Le vol postal peut être un problème dans certains pays et il se peut que le vendeur doive tenir compte d’un pourcentage perdu ou envoyer toutes les commandes via un mode de livraison enregistré. La question est de savoir si le coût supplémentaire d’une méthode de livraison plus sûre réduira les ventes internationales.

Implications légales

D’un point de vue juridique, tout vendeur doit anticiper les évolutions de la législation et être conscient que chaque pays aura ses propres lois relatives à la vente de produits, notamment en ce qui concerne la description d’un article. En termes de loi, dire « non inclus » ne suffit pas. Vous devez être pleinement conscient et il n’y a aucune excuse.

Par exemple, les États-Unis ont des règles différentes de celles du Royaume-Uni sur l’or neuf carats, ce qui peut empêcher un détaillant de vendre des articles étiquetés comme or, car les États-Unis ne classeront l’or que comme 10 carats ou plus. La recherche de classifications légales et réglementaires d’importation relatives à toute gamme de produits, en particulier des articles tels que l’alcool, les bijoux et d’autres marques, est essentielle pour toute personne dont les produits traversent des frontières étrangères. Un autre domaine où une diligence raisonnable supplémentaire est requise est le marché des aliments et des boissons. Les détaillants vendant des aliments et des produits périssables doivent être conscients de toutes les restrictions sur ces produits lorsqu’ils entrent aux frontières étrangères, en particulier en Australie, car de nombreux produits alimentaires, agricoles et végétaux sont interdits.

Il est également sage d’être conscient de l’exportation de marchandises vers un pays d’où proviennent les marchandises, car de nombreux pays protègent leurs produits d’origine. C’est souvent le cas avec la production de vodka et de whisky et de nombreux autres articles où un pays est connu comme le producteur d’origine.

Dans l’ensemble, la plupart des obstacles à la vente internationale peuvent être surmontés avec quelques recherches et planification initiales, de la même manière que les ventes nationales peuvent être surmontées. Il existe une assistance et des conseils pour trouver des traductions et de nombreuses plates-formes à vendre pour toutes les tailles d’entreprise, de sorte que le problème de « non-compréhension » ne sera pas un problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.