Que devrait savoir chaque trader de devises en dollars canadiens ?

Chaque trader FX devrait connaître les dollars canadiens.

Les spéculateurs se tournent de plus en plus vers le trading de devises étrangères, ou forex, comme alternative viable. Il est facile de créer des comptes de trading virtuels pour pratiquer des méthodes de trading grâce à des publicités qui promettent un trading « sans commission », un accès au marché à tout moment et d’importants bénéfices potentiels.

dollar canadien

Même si le marché des changes est vaste, chaque cambiste doit rivaliser avec des dizaines de milliers d’autres cambistes, dont beaucoup sont employés par de grandes banques et institutions. L’avènement des modèles d’analyse prédictive et des capacités d’apprentissage automatique a transformé le marché des changes ces dernières années, offrant aux traders un avantage significatif grâce à l’intelligence artificielle.

Les investisseurs doivent faire leurs recherches de manière approfondie avant d’entrer sur le marché des changes, car ce n’est pas un marché pour les non préparés. Les traders en herbe doivent connaître les fondamentaux des principales devises mondiales, ainsi que les facteurs spécifiques qui affectent leur valeur.

Le trading sur le Forex est dominé par le dollar, qui est la sixième monnaie de réserve la plus détenue, et il n’y a que huit devises principales qui représentent plus de 80 % du volume des transactions sur le Forex. Le dollar canadien (également connu sous le nom de « huard ») est l’une de ces principales devises et la sixième devise de réserve la plus détenue.

La position du dollar canadien en tant que 10e économie en importance au monde (mesurée en dollars américains de PIB) rend son positionnement en tant que 10e meilleure devise au monde plutôt exceptionnel.

Les banques centrales soutiennent toutes les principales devises du monde sur le marché des changes. Les responsables de la Banque du Canada tentent de trouver un équilibre entre les mesures qui encouragent la création d’emplois et le développement économique et celles qui contrôlent l’inflation. Le commerce extérieur est important pour l’économie canadienne, mais la Banque du Canada n’interfère pas sur les marchés des changes. La dernière fois que le gouvernement l’a fait, c’était en 1998, lorsqu’il a conclu que l’intervention était inutile et improductive.

Économie et dollar canadien

Selon le classement du PIB de 2017 de la Banque mondiale, le Canada s’est classé 10e, y compris deux brèves récessions au début des années 1990 et en 2009 (toutes deux d’une durée inférieure à un an). Le Canada a constamment connu des taux d’inflation élevés. Il est également essentiel de tenir compte de l’exposition du Canada aux produits de base lors de l’évaluation de la situation économique du pays. Selon certains des meilleurs courtiers Forex au Canada, cela pourrait avoir un impact sur le sentiment des investisseurs envers le huard, car le Canada est un important producteur de nombreux produits de base, notamment le pétrole, les minéraux, les produits du bois et les céréales. Malgré le fait que l’âge moyen des Canadiens soit supérieur à celui du reste du monde, le Canada est plus jeune que la plupart des autres pays industrialisés. L’immigration est très facile au Canada grâce à ses politiques libérales, bien que la démographie du pays ne soit pas particulièrement préoccupante pour l’économie.

Les négociants en dollars canadiens gardent un œil sur les développements américains en raison du lien commercial étroit entre les deux pays (les deux pays sont au sommet ou proches de leurs marchés d’importation/exportation respectifs). Malgré le fait que les politiques économiques du pays diffèrent grandement de celles des États-Unis, la situation aux États-Unis affecte inévitablement le Canada.

Le Canada a été épargné de bon nombre des affreux problèmes hypothécaires qui ont tourmenté les États-Unis en raison de la structure du secteur financier du pays. En revanche, le secteur technologique canadien représente une plus petite partie de l’économie du pays, ce qui a contribué à la faiblesse relative du dollar canadien pendant le boom technologique américain des années 1990.

Une grande variété de facteurs sont utilisés dans les modèles économiques qui tentent de déterminer les taux de change « corrects » des devises étrangères, cependant, ces modèles sont notoirement faux lorsqu’ils sont utilisés à la place des prix réels du marché (parfois juste une seule variable comme les taux d’intérêt) . Contrairement aux investisseurs, les traders consultent une plus grande variété de données économiques lorsqu’ils font des choix de trading, et leurs perspectives spéculatives ont le pouvoir d’influencer les taux de la même manière que l’optimisme ou le pessimisme sur le marché boursier.

L’inflation et les balances commerciales sont parmi les indicateurs économiques les plus importants. Des publications régulières de ces informations sont rendues accessibles au public par un certain nombre de courtiers et de fournisseurs d’informations financières, notamment le Wall Street Journal et Bloomberg. Les taux de change peuvent être affectés par un certain nombre d’autres facteurs, notamment la disponibilité de la main-d’œuvre, les taux d’intérêt (y compris les dates et heures des réunions de la banque centrale), ainsi que le flux quotidien d’informations. Il s’agit notamment des catastrophes naturelles, des élections et des changements de politique gouvernementale.

La performance du dollar canadien est souvent liée aux variations des prix des produits de base, comme c’est le cas dans de nombreux pays qui dépendent fortement des exportations de produits de base. Lorsque les prix du pétrole montent, les investisseurs préfèrent être longs sur les plus fous et courts sur les pays importateurs de pétrole (comme le Japon). C’est particulièrement vrai au Canada, où le prix du pétrole a un fort impact sur les mouvements des devises. De même, des pays comme la Chine, qui sont d’importants acheteurs de produits canadiens, ont un effet sur les politiques fiscales et commerciales du huard.

La valeur du huard peut être affectée par les entrées de capitaux. Une augmentation de l’intérêt pour les actifs canadiens peut se produire lorsque les prix des produits de base sont élevés et cet afflux d’argent peut avoir un effet sur les taux de change. Cependant, pour le dollar canadien, le carry trade est de peu d’importance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *