Que peut apprendre la publicité des neurosciences ?

On s’est depuis longtemps rendu compte que nous n’absorbons pas consciemment toutes les informations qui nous sont présentées par les publicités. En fait, notre cerveau subconscient joue un rôle énorme dans la publicité. Par exemple, même si vous n’enregistrez pas de nom de marque, votre cerveau peut devenir plus familier avec l’image et donc la voir plus favorablement que d’autres marques.

neurosciencesC’est ainsi que nous pouvons en apprendre davantage sur la publicité grâce aux neurosciences. Lorsque le subconscient fonctionne, il y a encore des impulsions et une activité dans le cerveau, donc même lorsque les individus sont incapables de se souvenir des détails d’une publicité ou de ce qu’ils en ont ressenti, des tests neurologiques peuvent être en mesure de montrer qui a commis certains aspects de ça par coeur. Voyons ce que certaines études neurologiques ont découvert sur la publicité et comment nous la percevons.

L’importance de l’émotion subconsciente

Un aspect intéressant des neurosciences est sa capacité à reconnaître les émotions par opposition à la publicité. Les émotions sont vécues de manière très individuelle, il peut donc être très difficile pour les gens de comprendre souvent et encore moins d’expliquer ce que la publicité leur a fait ressentir. Cependant, les neurosciences sont capables d’analyser le cerveau à un niveau plus profond.

Par exemple, dans une expérience en Inde, il y a eu une analyse neurologique d’un groupe de personnes montrant une publicité racontant l’histoire d’un père utilisant une vidéo sur son smartphone pour réparer le pantalon de son fils. Les sujets étaient des hommes âgés de 25 à 35 ans avec des smartphones de la catégorie socio-économique A. À l’aide de capteurs, une équipe de chercheurs a pu acquérir des données du cerveau des sujets, notamment la fréquence cardiaque, les mouvements du visage et l’activité électrique dans différentes parties. du cerveau pendant qu’ils regardaient l’annonce.

Au lieu de tests et d’analyses plus simples où les chercheurs ne pouvaient comprendre que ce que le sujet leur disait, ils ont pu enregistrer des réactions inconscientes à l’annonce. Cela inclut des facteurs critiques tels que l’attention qu’ils portaient à la publicité et à quel moment, ainsi que leur implication émotionnelle avec le matériel.

En analysant les messages neurologiques envoyés par le cerveau, les chercheurs ont pu comprendre exactement ce que les sujets ressentaient vis-à-vis du marketing, du message et de l’image de marque. Cette publicité a obtenu de bons résultats dans cette expérience, car les chercheurs ont pu remarquer qu’elle était capable de maintenir l’intérêt du public et de faire passer le message.

En utilisant les neurosciences, les annonceurs peuvent désormais acquérir des connaissances très précieuses. Cette idée leur permet de créer des campagnes qui fonctionnent à un niveau subconscient, avec la science qui les soutient.

Les neurosciences comme prédicteur

Une autre étude a montré que les neurosciences peuvent en fait être un excellent moyen de prédire la façon dont les gens réagiront à un message donné. En publicité, l’une des tactiques les plus couramment utilisées pour essayer de comprendre l’opinion publique consiste à utiliser un groupe de discussion, par exemple pour tester une bande-annonce de film ou une publicité télévisée. Mais cette étude de 2010 a montré que les neurosciences pourraient en fait être beaucoup plus utiles.

Malheureusement, il semble que les gens ne soient tout simplement pas très doués pour prédire leur propre comportement. On a demandé à vingt personnes combien elles prévoyaient d’utiliser un écran solaire la semaine suivante et leur opinion à ce sujet. Dix des participants seraient utilisés pour développer un modèle comportemental, puis ce modèle serait testé sur les dix autres.

Sur les dix premiers, le chercheur a effectué une simulation de 180 000 combinaisons de façons de les répartir en groupes. Cela a ensuite été testé sur le deuxième groupe de dix. Ce qui a été découvert, c’est que le cortex préfrontal médical fait un excellent travail pour prédire l’utilisation d’un écran solaire. En fait, le modèle était un moyen beaucoup plus efficace de prédire l’utilisation de la crème solaire que les participants eux-mêmes. Cela signifie que nous ne nous connaissons tout simplement pas aussi bien que nous pensons nous connaître.

Cela montre que vous pouvez mieux comprendre le comportement d’une publicité ou d’une bande-annonce en analysant les impulsions neurologiques de quelqu’un plutôt qu’en lui demandant ce qu’il pensait réellement. En fin de compte, cela pourrait nous conduire à une bien meilleure compréhension de ce qu’il faut exactement pour persuader quelqu’un de faire quelque chose avec la publicité. Au fur et à mesure que nous apprendrons quelles régions du cerveau ont besoin de stimuli pour convaincre, nous pourrons utiliser ces informations pour les cibler individuellement.

Biographie de l’auteur : Lloyd B Wells est un écrivain indépendant dans le secteur du marketing et des affaires. Pour certaines des informations contenues dans cet article, Think Change, une société de conseil en neurosciences basée à Londres, a été contactée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.