Types courants de cyberattaques contre les petites entreprises

Les propriétaires de petites entreprises ont parfois l’impression que, simplement parce que leur organisation est petite, ils ne peuvent pas être la cible de la cybercriminalité. Les cyberattaques peuvent être une énorme menace pour les petites entreprises

Les cybermenaces sont de plus en plus courantes de nos jours et les chiffres suggèrent ce fait ; 39% des entreprises au Royaume-Uni ont subi au moins une cyberattaque en 2021, comme l’a rapporté le gouvernement britannique. La raison pour laquelle les entreprises sont souvent victimes de la cybercriminalité est qu’elles détiennent des informations sensibles telles que les données personnelles des clients, les coordonnées bancaires, les stratégies marketing, etc., qui pourraient être utiles à certains malfaiteurs. C’est pourquoi les entreprises, petites et moyennes, sont tenues de se protéger contre les cyber-violations en vertu du règlement général sur la protection des données (RGPD).

cyberattaques contre les petites entreprises

Mais, avant de prendre les mesures appropriées contre les cybercriminels, un entrepreneur doit d’abord connaître la différence entre les différents types de cyberattaques des petites entreprises.

Voici quelques-uns des types de menaces de sécurité les plus courants, ainsi que des moyens pratiques de les éviter.

Attaques de type Man-in-the-Middle (MitM).

Une attaque MitM se produit lorsqu’un cybercriminel intercepte une transaction ou une session à deux entre un client et un serveur et s’implante au milieu (d’où le nom). Leur prochaine étape consiste à perturber le trafic en leur permettant de voler et de compromettre des informations sans que personne ne les découvre.

Ce type de cyberattaque des petites entreprises est devenu assez courant. L’une des raisons pour lesquelles de nombreux voleurs de données choisissent une telle méthode est que les gens négligent souvent les vulnérabilités de la sécurité du réseau. Par conséquent, nous vous recommandons d’utiliser un réseau privé virtuel (VPN) pour garder vos informations sensibles hors des yeux curieux d’un acteur malveillant. Les VPN agissent pour cacher toute trace d’achats ou de transactions, ce qui pourrait révéler des informations financières précieuses. Votre adresse IP (fournisseur d’accès à Internet) est également sécurisée, afin qu’aucun pirate ne puisse localiser votre appareil.

Le détournement de session, l’usurpation d’adresse IP et la relecture sont des types courants d’attaques MitM, donc comme vous pouvez le voir, c’est plus élaboré que vous ne le pensez ; c’est pourquoi il est si difficile à détecter.

Injections SQL

De telles attaques sont assez complexes, car elles impliquent un codage à l’aide du langage de requête du serveur (SQL). Cela signifie qu’un criminel qui souhaite voler des données commerciales confidentielles a besoin d’expérience et de connaissances dans le domaine. Pour exécuter une requête SQL sur un site Web basé sur une base de données, les pirates doivent injecter du code malveillant dans un service qui utilise ce langage. Les pirates trompent ce serveur en exposant des informations sensibles telles que les listes d’utilisateurs et les détails des clients. Une commande SQL permet à des personnes malveillantes de lire des informations confidentielles, de les modifier, d’effectuer des opérations de gestion de base de données et d’entrer une commande dans le système d’exploitation.

L’une des meilleures mesures que vous puissiez prendre contre une injection SQL consiste à appliquer le principe du moindre privilège (POLP) pour restreindre les droits d’accès des utilisateurs. Vous pouvez également protéger vos entreprises des injections SQL en implémentant des instructions préparées avec des requêtes paramétrées.

Attaques par déni de service (DoS).

Une attaque DoS se produit lorsque les cybercriminels surchargent les ressources d’un système avec du trafic, le rendant insensible à toute demande de service. Une telle attaque peut arrêter un système, rendant impossible la connexion du propriétaire. Une autre attaque similaire implique le déni de service distribué (DDoS) qui, contrairement au DoS, est lancé par un grand nombre de machines hôtes, toutes compromises par le malfaiteur.

Les systèmes basés sur le cloud, par exemple, courent un risque élevé d’être ralentis par les attaques DDoS. Ici, les attaquants utilisent des botnets à grande échelle pour « inonder » le réseau et ainsi accéder aux données essentielles stockées dans le cloud. Heureusement, il existe des solutions de cloud hybride qui offrent aux organisations une plus grande sécurité. Un cloud hybride protège les données et les applications avec une réinitialisation partout, donc même si vous êtes exposé à des logiciels malveillants en public, un tel cloud agit dans votre meilleur intérêt. Le cloud, public ou privé, est une technologie cruciale pour la transformation numérique, mais le cloud hybride tire le meilleur parti des deux, vous donnant plus de contrôle sur les données de l’entreprise. Des plates-formes comme Nutanix, par exemple, peuvent vous aider à gérer les défis du cloud qui sont si courants aujourd’hui.

Les attaques DoS et DDoS doivent être prises très au sérieux car elles peuvent exposer les entreprises au risque de perdre des informations cruciales. Cela affectera non seulement la réputation des entreprises, mais cela coûtera également beaucoup d’argent. Mais savez-vous ce qui est intrigant ? Ce hacker n’en profite pas directement : pour certains d’entre eux, le simple fait d’infecter un système suffit. En ce qui concerne les entreprises concurrentes, de telles attaques sont assez fréquentes, vous feriez donc mieux de protéger votre système avant de vous réveiller avec vos données compromises.

Attaques de l’Internet des objets (IoT).

Nous savons que « l’Internet des objets » ne ressemble pas à une menace, mais croyez-nous, il l’est. Bien que la connectivité Internet s’avère extrêmement utile, elle peut également abriter plusieurs dangers. Tout ce que vous recherchez sur Internet laisse des traces, peu importe à quel point vous voulez croire le contraire, donc si ces « traces » sont disponibles, les pirates n’hésiteront pas à les utiliser à leurs propres fins malveillantes. Il existe un nombre incommensurable de points d’accès permettant aux cybercriminels de faire des ravages et d’exploiter d’autres appareils. Notez qu’une attaque IoT tire parti des vulnérabilités du matériel, des réseaux et des systèmes d’exploitation, donc chaque fois que des pirates trouvent un point d’accès, cela pourrait être la cause de la faible importance accordée à la sécurité intégrée.

Le mieux que vous puissiez faire pour protéger votre entreprise de l’Internet des objets est de mettre à jour régulièrement le système d’exploitation et de créer des mots de passe difficiles à déchiffrer pour vos appareils IoT sur votre réseau.

Bourré d’identifiants

Le remplissage des informations d’identification fait référence aux mots de passe volés utilisés par les cybercriminels pour se connecter aux comptes d’utilisateurs. Heureusement, ce type d’attaque peut être évité si vous faites plus attention à la façon dont vous construisez vos mots de passe. Essayez autant que possible de créer des mots de passe composés de combinaisons aléatoires de lettres, de symboles et de chiffres et assurez-vous qu’ils ne sont pas liés à vous. Nous savons qu’un mot de passe comme le nom plus la date de naissance est beaucoup plus facile à mémoriser, mais cela vous expose également au risque que vos comptes soient compromis.

Dernières pensées

La cybersécurité est devenue une nécessité dans ce monde axé sur les données. Comme vous pouvez le constater, un cybercriminel peut mettre la main sur vos données les plus précieuses de différentes manières. Assurez-vous donc de prendre les bonnes mesures pour assurer la sécurité de votre entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.