Une autre récession mondiale pourrait augmenter la consommation de substances

Les chercheurs et les experts établissent depuis longtemps le lien entre la récession mondiale et la détérioration de la santé mentale. Avec la hausse de l’inflation, les nouvelles de l’effondrement des marchés boursiers, les licenciements massifs d’employés et l’absence de sécurité d’emploi, la santé mentale de la population en prend un coup et, avec elle, les taux de toxicomanie pourraient monter en flèche.

Récession

Incertitude économique et toxicomanie

Les récessions mondiales ne sont pas seulement lourdes sur le plan financier, elles ont également de graves répercussions sur le bien-être mental et émotionnel.

Alors que la qualité de vie s’effondre et que le taux de chômage augmente, le stress devient souvent trop difficile à gérer pour les gens. Beaucoup luttent contre l’anxiété, la dépression et des sentiments de désillusion et de désespoir, se tournant vers l’alcool et la drogue comme moyen de faire face.

La santé générale d’une population est fortement liée à son contexte socio-économique, au marché du travail et aux politiques publiques et tout changement des conditions socio-économiques affecte fortement le bien-être mental de la population.

La recherche a montré que le ralentissement économique est susceptible d’augmenter les problèmes de santé mentale, y compris les troubles liés à la toxicomanie. Les personnes confrontées à d’énormes changements dans leur vie, tels que le chômage, les dettes, les difficultés financières et d’autres problèmes liés au travail, courent un risque disproportionné de succomber aux pressions extérieures et de recourir à des substances pour s’échapper.

L’impact des crises économiques : l’augmentation des taux de dépendance

Une étude publiée dans le Journal of Mental Health Policy and Economics a mis en évidence un lien inquiétant entre les crises économiques et la toxicomanie.

Ils ont mené une enquête par questionnaire dans plusieurs régions, dont l’Angleterre, et ont constaté que 58,3 % des participants ont signalé une augmentation de la consommation de drogue pendant la crise mondiale. Certaines des principales raisons de ces chiffres croissants ont été l’augmentation du stress au travail, la recherche de réconfort en raison de la perte d’une source de revenu ou de statut social et la disponibilité accrue de substances.

D’autres recherches ont porté sur l’impact de la crise économique désastreuse de 2008 sur la toxicomanie en Europe. Sur 11 études sur la consommation d’alcool, 6 ont rapporté les effets négatifs de la crise financière sur la consommation d’alcool, le plus souvent associés au chômage.

Sous-populations vulnérables

Jeunes hommes et familles à faible revenu

La recherche a également révélé que certains sous-groupes de la population, en particulier les jeunes hommes et les familles à faible revenu, sont plus vulnérables aux effets des crises économiques. Les jeunes hommes confrontés à un travail de longue durée courent un risque important de développer des troubles liés à la toxicomanie en période d’instabilité économique.

Ces populations vulnérables continueront probablement de subir les effets à long terme de la crise, même si l’économie se redresse.

La persistance de l’endettement et du chômage peut rendre ce sous-groupe particulièrement menacé même après la fin de la crise. La recherche montre qu’il existe un grand besoin de programmes de traitement de la toxicomanie plus accommodants pour les personnes de ce groupe démographique.

Familles et jeunes

La recherche a également mis en évidence la vulnérabilité des familles à faible revenu et des jeunes de la classe ouvrière à l’instabilité économique. Une étude nationale a signalé une augmentation de 17 % des problèmes de santé mentale en raison de la hausse du chômage des adolescents dans plus de 31 pays.

Les jeunes dont les parents sont au chômage sont également plus susceptibles de souffrir de dépression et moins susceptibles d’être en bonne santé psychologique, développant par conséquent des troubles liés à la toxicomanie à un jeune âge.

Les personnes souffrant de problèmes de santé mentale

Les personnes déjà aux prises avec divers problèmes de santé mentale tels que l’anxiété ou la dépression sont également particulièrement susceptibles de développer des troubles liés à la toxicomanie pendant les crises économiques.

Les personnes qui ont des problèmes de santé mentale sont plus à risque de perdre leur emploi. En période de récession, les attitudes à l’égard des personnes souffrant de problèmes de santé mentale peuvent aussi s’aggraver (tant au travail que socialement), ce qui rend cette population encore plus vulnérable.

Substances à haut risque au Royaume-Uni

Certaines substances et drogues présentent un risque plus élevé au sein de la population britannique.

  • L’alcool est une source de préoccupation, avec environ 603 391 buveurs dépendants et une augmentation de 19,6% des décès par rapport à 2019 en Angleterre et au Pays de Galles.
  • Les drogues illicites et les médicaments sur ordonnance sont également des substances à haut risque. Le Royaume-Uni a l’un des taux de mortalité liés à la drogue les plus élevés de toute l’Europe et il y a eu une augmentation de 17% des décès liés à la drogue entre 2018 et 2019.

Préoccupation pour l’avenir

Une autre crise économique peut avoir de graves conséquences pour les personnes vivant avec des troubles de toxicomanie et d’autres problèmes de santé mentale. De nombreuses personnes qui ne peuvent pas se permettre des soins privés peuvent ne pas être en mesure d’accéder à l’aide qu’elles méritent, c’est pourquoi la sensibilisation et l’accessibilité à des options de traitement abordables sont extrêmement vitales.

Avec l’aggravation quotidienne de l’économie, les experts en toxicomanie craignent qu’une autre récession mondiale n’augmente la toxicomanie. Un consultant de premier plan en traitement de la toxicomanie – Paul Spanjar de Providence Projects, un centre de réadaptation en toxicomanie dans le Dorset, au Royaume-Uni – s’inquiète du paysage économique actuel et de son impact sur la santé mentale.

« La dépendance peut envahir n’importe qui, mais elle affecte de manière disproportionnée les membres des familles de la classe ouvrière. Les personnes à faible revenu ressentiront le problème en matière de finances, de sécurité d’emploi et d’accès aux services de soutien. Les gens se tournent vers les substances, y compris l’alcool, comme mécanisme pour faire face aux difficultés de la vie. Ce qui commence comme un moyen de desserrer le fil devient lentement une habitude quotidienne et mon inquiétude est que nous puissions voir ce résultat. »

Obtenez l’aide que vous méritez

Si vous ou un être cher êtes aux prises avec l’alcoolisme ou tout autre trouble lié à la toxicomanie, n’oubliez pas qu’il existe de nombreux centres et programmes de traitement spécialisés vers lesquels vous pouvez vous tourner.

Si vous ne pouvez pas vous permettre un traitement privatisé, il existe de nombreux programmes de traitement abordables et des fonds qui peuvent parrainer votre traitement pour vous. Tendre la main peut être effrayant, mais c’est la première étape pour récupérer et construire la vie que vous méritez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.